2011 sera l’année du référencement sur Facebook (ou pas)

Rédigé manuellement le 18 février 2011 par

La question de l’utilisation de Facebook dans une  stratégie de référencement  se pose en 2011  pour l’ensemble des acteurs présents sur web (elle se posait avant mais je n’ai pas trouvé de meilleure introduction … tu pourra en proposer une dans notre [teasing] petit sondage ;-) [teasing]) .

C’est vrai, Facebook est un support ludique où les internautes sont peu réceptifs aux  messages commerciaux d’autant plus:

  • avec une cible professionnelle
  • si l’activité à promouvoir est de la vente de boites de clous, d’ aiguilles à tricoter, … bref si tout simplement ce n’est pas pertinent, et il ne faut pas se voiler la face,  le référencement  sur Facebook, c’est loin d’être fait pour tout le monde.

Je n’ai donc pas l’intention de faire l’apologie de ce support parfois (souvent) contestable et contesté  mais plutôt poser des constats qui me font croire que 2011 sera (pour certains sites en tout cas) l’année du décollage de Facebook comme levier utile de référencement.

Mais pourquoi seulement en 2011 ? Depuis  fin 2008  / début 2009, le réseau social a déjà atteint une masse critique d’utilisateur en France dépassant tranquillement Youtube en volume de recherche:

Sans presque aucune action spécifique, j’ai constaté mi 2010 une évolution intéressante du trafic en provenance de Facebook sur certains sites web. Faut il y voir une coïncidence avec l’annonce et le lancement de la nouvelle plate forme de Facebook lors du F8 (grand messe de Facebook)  du 21 avril 2010? une  appropriations plus poussé de la plate forme par ces utilisateurs qui n’hésiteraient plus  à être actifs et à partager ? Je ne sais pas encore trop quoi en penser mis à part poser ces observations:

  • Alors qu’en 2009, Facebook a déjà atteint une masse critique d’utilisateur (cf graph sur Google Trends), l’impact naturel direct (sans véritable  action)  sur les sites web en terme de création d’audience est faible voir inexistant.
  • Courant 2009 , début 2010, le trafic depuis Facebook se développe naturellement vers les sites web (partage naturel de liens sur Facebook) mais ce volume est souvent faible même pour des sites de bonne taille.
  • Mi avril 2010 suite à la conférence F8,  Une progression parallèle inexpliquée  de l’audience en provenance de Facebook est perceptible sur certains sites.  La rupture n’est alors pas assez nette pour être remarquée.
  • Fin 2010 / début 2011 une tendance  de progression marquée et constante de l’audience en provenance de Facebook est observable: se pose alors logiquement la question de l’optimisation de ce support qui représente encore une très faible part du trafic  (en moyenne moins de 1% du total) mais dont la progression naturelle est suffisamment marquée pour pouvoir être considérée comme un signal positif.

Voici des exemples de 4 sites différents entre début 2009 et début 2011 avec l’évolution de l’audience en provenance de Facebook. Ces sites ont en commun que très peu, voir pas d’actions d’optimisation du référencement sur  Facebook sont mises en place, ce qui rend ces cas très  intéressants:

A mon avis, une  évolution des visites sur depuis Facebook comparable, c’est  le signal du potentiel  d’un site à pouvoir exploiter mieux ce levier …. voici quelques clés permettant de comprendre pourquoi et comment envisager son référencement sur Facebook:

Pourquoi envisager Facebook dans sa stratégie de référencement ?

  • Avec près d’ 1/3 de la population française inscrite sur Facebook (20 millions d’utilisateurs en 2011), 5h03 passé par utilisateur en moyenne par mois et 13% du temps total passé sur le web par les français, le réseau social est un support incontournable (en tout cas à envisager) pour augmenter sa visibilité sur le web. Sur 5h03, je peux donc espérer grappiller quelques secondes d’intérêts par mois sur ma cible.
  • ·Les récentes déclarationsde Google et Bing sur d’intégration des signaux issus de Facebook par les principales technologies de recherche renforcent la « nécessité » d’agir sur ce levier dans un double objectif:  profiter des impacts directs en termes d’acquisition de trafic, mais aussi de bénéficier des effets induits sur le référencement naturel dans les moteurs. On retiendra notamment l’interview par  Danny Sullivan qui mettra le feu aux poudres et  la confirmation officielle  de  Matt Cutts  quelques jours plus tard dans une vidéo sur la chaine Youtube Du Google Webmaster Central confirmant la prise en compte des signaux sociaux issus de Facebook et Twitter dans leurs algorithmes.

Comment envisager le référencement sur Facebook ?

  • Les visiteur d’un site web sont également ses meilleurs prescripteurs sur Facebook : une utilisation technique optimale de son site web et de sa  page Facebook constitue les premières clés de la réussite avant d’envisager des leviers marketing plus incertains sur  (viral, jeux concours) et plus cher (publicité Display Facebook Ads) via la plate forme Facebook.
  • La standardisation (de fait avec le nombre important d’utilisateurs de Facebook)  et l’ouverture des technologies sur lesquelles repose la nouvelle plate forme Facebook est récente (avril 2010).  Poser  les bases  d’une bonne intégration technique des fonctionnalités sociales  et de structuration sémantique offertes par Facebook  constitue une bonne opportunité car de nombreux services tiers (dont les moteurs)  pourraient se servir de ces technologies pour servir et classer vos contenus sur le web.

2 principaux critères issus de Facebook seraient analysés par les algorithmes des moteurs de recherche

  • Les liens sociaux, en particulier ceux issus des recommandations des internautes. Ces recommandations passent principalement par l’utilisation du bouton « j’aime » installé sur les sites web et la capacité de diffusion de ces liens via les effets de réseaux. (c’est à dire « j’aime »  une ressource sur le web et mes contacts en sont informés dans leur fil d’actualité).  Le lien social aurait donc une double utilité de création de trafic mais aussi d’amélioration du positionnement dans les moteurs de recherche.
  • La réputation de l’auteur et des liens publiés via une page Facebook (par exemple une page Facebook d’une entreprise). Cette réputation pourrait se mesurer principalement par le nombre de fans d’une page Facebook ainsi que grâce à l’association d’une page Facebook et d’un site web (la réputation / l’autorité d’un site web et d’une page Facebook pourrait être mutuellement profitable d’un point de vue SEO).

3 concepts à appréhender pour le référencement Facebook

On pourra englober sous le terme « Social Rank »le résultat du calcul de pertinence basé sur les 2 principaux critères identifiés précédemment. Le  calcul de cet indicateur social est effectué via le «Social Graph» , une représentation des relations entre les personnes et les objets.  Pour être modélisable techniquement le « Social Graph » s’appuie sur le protocole « Open Graph », un format de structuration sémantique de données qui rend possible la qualification des informations et par extension leur classement dans les moteurs de recherche.
Il y a donc 3 concepts fondamentaux à appréhender pour comprendre les spécificités et le fonctionnement du référencement sur Facebook :

  • Le « Social Rank »  peut être défini comme la note attribuée à un objet sur le web (d’une page web , d’un site, d’un utilisateur… d’un objet quel qu’il soit). Cette notion est comparable à la notion de « Page Rank »  pour le calcul de la popularité des sites web dans les moteurs de recherche. Ce terme est relativement peu utilisé mais il me semble a priori le plus parlant dans une optique référencement. (On pourra parler aussi d’autorité, de réputation au sens plus large du terme mais j’aime bien la notion de « Rank » qui renvoi au résultat d’un calcul de pertinence et permet de faire le parallèle avec le Page Rank)
  • Le « Social Graph » est un concept visant à la représentation mathématique des relations entre les objets et les personnes. Cette représentation permet un filtrage et un classement efficace de l’information basé sur les recommandations des utilisateurs de Facebook. La notion de « Social Graph » est donc proche de la notion d’algorithme de pertinence utilisée par les moteurs de recherche. C’est en quelque sorte : la « boite noire » permettant le classement des ressources sur les différentes plates formes via les suggestions personnalisées et fonctionnalités de recherche (sur Facebook, Google, et Bing).
  • Le protocole « Open Graph » est un langage de structuration sémantique développé par Facebook permettant de faciliter la prise en compte des données et leur modélisation dans le « Social Graph ». L’ «Open Graph Protocol » est donc le socle technique permettant de qualifier  les objets  Le « protocole Open Graph » est comparable à la notion de métas données dans le référencement classique (c’est d’ailleurs sous la forme de métas données spécifiques que ce protocole se matérialise).  Amis référenceurs , au lieu d’inventer de nouvelles balises ou d’utiliser celle permettant de  bloquer le référencement des images par Alta Vista voici donc ton nouveau joujou ;-) !

Je reviendrai sur le détail de ces concepts et sur les aspects purement techniques de l’optimisation dans de prochains articles sur le sujet .  En attendant, tu peux laisser tes commentaires  et continuer la discussion (ou me faire coucou) sur Twitter @aurelien_guiton.

et bien sûr:

[sponsored message by @david_degrelle]

Deviens fan de 1ere Position sur Facebook

[/sponsored message by @david_degrelle]

(et laisse nous ton message ça nous changera des photos de crêpes de la chandeleur qui ont dépassées leur date limite de péremption …)

Aurélien Guiton

Par Aurélien Guiton

Consultant Search Marketing

Partager et noter cet article !







Les commentaires sont fermés.