Content Spinning : bonne ou mauvaise idée ?

  • 06 décembre 2021
  • Geoffroy Chaix

Le contenu est essentiel pour se rendre visible sur les moteurs de recherche et notamment sur Google. En revanche, la production de contenu représente une charge considérable et impact fortement les budgets alloués au SEO. Sur le papier, le content spinning promet de réduire les coûts en industrialisant la production via l’automatisation. Mais en pratique, cette méthode peut s’avérer plus complexe que ce qu’il n’y paraît et surtout très risquée pour les non initiés. Alors le content spinning : bonne ou mauvaise idée ?

 

Qu’est-ce que le content spinning ?

Le content spinning est une méthode qui, grâce à des outils spécialisés, permet de générer des versions différentes mais similaires d’un contenu texte. Ainsi, le content spinning est utile lorsque l’on souhaite éditer une grande quantité de contenus « uniques » mais au sens identique. Cette méthode permet d’industrialiser la production de certains contenus et de gagner énormément du temps.

 

Comment fonctionne le Content Spinning ?

Le content spinning n’est ni plus ni moins qu’un texte à trous à choix multiples, ou variables. Au sein d’un texte de référence, on insère des passages clés sous forme de « trous » dans lesquels on pourra ajouter différents choix, généralement des synonymes.

 

Exemple de texte source pour le spinning content :

 

Exemple Content Spinning

Ici, les trous sont encadrés par les crochets « { } » et les choix, ou les variant sont séparés par des barres verticales « | ».

Pour chaque trou, l’outil va « tourner » entre les différentes alternatives de manière aléatoire et générer des textes plus ou moins différents les uns des autres. Plus le nombre possibilité (nombre de choix par trou) et le nombre de trous sera élevé, plus les chances que les contenus aient des taux de similarité faibles seront élevées.

Résultats du spin avec l’outil gratuit de content spinning Infowebmaster :

 

Version de Texte 1 :

« Le content spinning est-il une pratique conseillée pour nourrir copieusement et simplement mon site internet et fortifier ma présence sur Google pour devenir enfin plus performant que mes concurrents en référencement naturel ? »

 

Version de Texte 2 :

« Le spin représente-t-il une solution adéquate pour alimenter densément et efficacement mon site internet et améliorer ma visibilité sur les moteurs de recherche pour être enfin plus compétitif que mes concurrents en SEO ? »

 

Version de Texte 3 :

« Le contenu spinné est-il une méthode pérenne pour nourrir densément et efficacement mon site et booster ma visibilité sur Google pour devenir enfin plus compétitif que mes concurrents en SEO ? »

 

Version de Texte 4 :

« Le contenu spinné est-il une solution recommandée pour étoffer copieusement et simplement mon site et augmenter ma présence sur Google pour être enfin meilleur que mes concurrents en SEO ? »

 

Version de Texte 5 :

« Le content spinning représente-t-il une méthode conseillée pour nourrir densément et simplement mon site web et booster ma visibilité sur les moteurs de recherche pour devenir enfin plus performant que mes concurrents en référencement naturel ? »

 

 

L’importance du modèle de base

Le modèle qui servira de base dans l’outil de content spinning est essentiel pour avoir des résultats satisfaisants, tant pour Google que pour l’utilisateur. Le contenu généré automatiquement peut rapidement se transformer en « bouillie » si le texte source n’est pas bien conçu, surtout lorsqu’on souhaite générer une grande quantité versions différentes. En revanche, lorsque le spin de base est bien conçu, le nombre de textes générés peut faire illusion tout en ayant une faible similarité entre eux, ce qui limite la présence de contenus dupliqués.

 

Industrialiser la production de contenu pour le SEO

 

L’émergence du content spinning

Le content spinning n’est pas apparu par hasard dans le monde du SEO. Au-delà de l’aspect technique, le contenu texte est rapidement devenu indispensable pour être visible sur Google. C’est en effet le seul format de contenu que les moteurs et plus particulièrement Google sont réellement capables d’interpréter de manière systématique et relativement fiable. Le contenu texte est donc le matériel de base sur lequel les algorithmes opèrent pour comprendre de quoi parle une page mais aussi de juger de sa pertinence sur une expression de recherche.

Dans une stratégie SEO, l’objectif étant bien souvent de se rendre visible sur un maximum de requêtes liées à une thématique, multiplier le nombre pages revient à multiplier le nombre d’entrées potentielles vers un site. Or pour Google, chaque contenu doit être unique. Les contenus dupliqués sont depuis longtemps lourdement sanctionnés par l’algorithme.

« Un mot-clé = une page = un contenu unique »

La production de contenus uniques s’impose donc comme incontournable pour augmenter durablement sa visibilité sur les moteurs de recherche. Mais cette tâche est également une des plus consommatrice en ressources : du temps si l’on rédige soit même, de l’argent si l’on sous-traite. Rationnaliser les coûts ou le temps passé devient alors un des enjeux principaux et une part conséquente du « budget SEO ». C’est même crucial lorsque lorsqu’il faut produire des contenus en masse (sites e-commerces, pages géo-localisées, sites d’annonces etc.). C’est là où le content spinning peut être perçu comme une alternative attrayante.

 

Panda, ou la revanche de Google sur les contenus de faible qualité

Il faut bien garder en tête que ce genre de méthode va globalement à l’inverse des recommandations de Google en termes de bonnes pratiques SEO. Même si l’on pourra toujours en débattre, en générale, quand on parle de spin, on fait plutôt référence au Black Hat SEO et aux techniques d’automatisations. Or, Google attend justement l’inverse : du contenu de qualité pour servir à ses utilisateurs les meilleurs résultats qu’ils soient. Google n’a pas été créé pour générer du trafic sur des sites internet mais pour répondre de la meilleure des manières aux attentes de ses utilisateurs. C’est dans cette optique, et au vu des abus observés que Google investit (ou du moins communique pour les plus sceptiques) énormément sur la chasse menée contre les contenus de faible qualité qui nuisent à ses objectifs et au bon fonctionnement de son moteur de recherche. L’action la plus connue étant la mise en place du filtre « Panda » en 2011 qui ciblait justement les contenus dupliqués, pauvres et de faible qualité.

Mise à jour algorithmique Google Panda

Plus récemment, c’est la mise à jour E-A-T qui a fait grand bruit, même si celle-ci portait plus spécifiquement sur les contenus « YMYL » (Your Money Your Life), beaucoup de sites de ces thématiques ont été fortement impactés.

Quoi qu’il en soit, le contenu reste un fondamental pour Google, et ses attentes en termes de qualité sont toujours croissantes. Les standards d’aujourd’hui ne seront surement pas ceux de demain. Mieux vaut anticiper et réfléchir sur le long terme si l’on veut solidifier durablement sa visibilité.

 

Le Content spinning est-il forcément mauvais ?

La réponse est non. Tout n’est pas à jeter dans le content spinning. En revanche, il reste largement déconseillé si vous n’avez pas de solides bases en SEO.

Le content spninning peut en effet être détecté par Google et sans précaution, vous ne passerez pas si simplement entre les mailles du filet. L’important est de bien travailler son texte de base pour générer des versions avec des taux de similarité les plus faibles possible et éviter les erreurs linguistiques.
Aussi, il est essentiel de prendre du temps pour bien relire les contenus générés et éviter de mettre en ligne des contenus qui finalement vous desservirons plus qu’autre chose.

En revanche, le content spinning peut servir de base pour les rédacteurs qui pourront retravailler des textes déjà prémâchés, ce qui peut représenter un gain de temps non négligeable.

 

Conclusion sur le content spinning : le jeu en vaut-t-il la chandelle ?

Il est indéniable que le content spinning est une solution de facilité qui a tendance à faire de l’œil à nombre de SEO. Lorsque que les ressources ne sont pas à la hauteur des ambitions, il peut paraître opportun de mettre en place ce type de solution et il est difficile de juger l’utilisation de ces méthodes dites « limites limites ». Dans un monde où seuls les dix premiers existent, on ne peut pas lancer la pierre à ceux qui fleurtent avec les pénalités. Il faut juste être conscient des risques encourus, et que ce qui marche aujourd’hui (et encore que…) peut tout autant s’effondrer demain. Le spin peut encore être utilisé dans des cas très spécifiques ou servir de support à des rédacteurs mais cela demande une certaine connaissance et surtout beaucoup d’expérience pour être pleinement conscient des bénéfices/risques.

Ce qui est certain, c’est que nous ne recommandons pas ce genre de pratique, et plus particulièrement lorsqu’il s’agit d’entreprises ou d’artisans qui dépendent de près ou de loin de leur site internet.

Rien ne vaut le travail d’un rédacteur web pour pérenniser la visibilité d’un contenu sur un moteur de recherche. Quant à la question de la quantité et des ressources, il n’y a évidemment pas de solution magique. Il s’agit de trouver le meilleur compromis entre la quantité et la qualité. Pour ça, rapprocher-vous d’un expert ou d’une agence SEO pour mettre en place une stratégie SEO solide et adaptée à vos ressources

 

Geoffroy C., Chef de Projet SEO

Chef de projet SEO depuis 2018 au sein de l’agence SEO de Lyon, j’accompagne mes clients dans la mise en place et le développement de leur stratégie SEO. Un peu touche à tout, je m’assure que l’ensemble des leviers SEO soit pris en compte et optimisé, surtout optimisé. Aussi, j’ai un petit faible pour les arborescences bien rangées.