Facebook : faut-il avoir peur ?

Facebook est un vrai phénomène, de fond, pas que de mode et pas qu’un sujet de buzz. C’est un nouveau réseau réellement social, Facebook amène à la fois une rupture en terme d’usage des réseaux sociaux, et une rupture technologique en terme de développement d’application tierce, sociale.

Aussi génial soit-il pour certains, complètement inutile pour d’autres, Facebook cristallise autour de lui toutes les passions et fantasmes du web, et c’est que le début en France, où le terme Facebook en nombre de recherche vient de dépasser MySpace en France, mais encore bien derrière Youtube toujours en pleine progression, Dailymotion et Skyblog en stagnation, voire régression depuis 6 mois, coïncidant avec le lancement de Youtube en français.

facebook-google-trends

Au niveau international et toujours en terme de recherche dans Google, Facebook est sur le point de dépasser MySpace dont les recherches régressent depuis 6 mois, toujours loin derrière Youtube en forte croissance soutenue, et loin devant Dailymotion majoritairement franco-français en terme de recherche.

facebook-myspace-google-trends

Alors faut-il avoir peur de Facebook ? C’est la question que pose la vidéo de Vishal Agarwala sur Facebook.

La première partie consacrée aux droits d’utilisation de Facebook est véridique et vérifiable facilement, il suffit de lire les conditions générales sur le site, ou encore plus simplement grâce au dossier de Jean Marie Leray sur Facebook, qui a traduit pour nous les conditions générales en français et pris le temps de décortiquer le phénomène Facebook.

En résumé, Facebook s’attribue absolument tous les droits sur l’ensemble des contenus et informations que vous pouvez déposer dans Facebook. Pire, même en supprimant votre compte Facebook, la société conserve les informations et contenus ad vitam eternam.

Comme le dit la vidéo : « ce qui est dans facebook, reste dans Facebook ! »

Et cela marche aussi avec Google, regardez, ce qui est dans Google, reste dans Google ! Mais aussi avec le web, ce qui est sur le web, reste sur le web !

Alors faut-il avoir peur ? Oui, si vous avez décidé de mettre absolument tout et n’importe quoi dans Facebook et de ne pas contrôler, et choisir votre e-dentité numérique.

C’est un principe de base presque vieux comme le web et la netiquette : ne mettez pas sur le web ce que vous ne voulez pas y voir sur vous (lapalissade). Quand vous écrivez sur le web, pensez que votre patron peut vous lire, votre famille, vos amis et n’importe qui aussi !

Et ce n’est pas Facebook qui vient bouleverser cette règle, Facebook est au contraire, aussi un moyen, j’espère, pour le grand public d’en prendre plus rapidement conscience.

À voir à ce titre la déclaration des droits des utilisateurs des réseaux sociaux.

La deuxième partie de la vidéo plus tendancieuse, porte sur les liaisons et relations possibles entre Facebook et la CIA, DARPA, IAO, des sociétés privées, qui pourraient accéder à l’ensemble des données privées et comportementales de tous les utilisateurs Facebook.

Simple buzz, gros fantasme, pur hoax ? Sûrement un peu de tout mais très franchement peu importe finalement, tant il faut être encore trop naïf pour croire que ce n’est pas déjà le cas pour Facebook et tous les autres réseaux sociaux notamment ceux basés sur le territoire américain.

Le patriot act I et II, permet légalement au gouvernement américain de pouvoir accéder à l’ensemble de ces données que les entreprises doivent leur fournir obligatoirement sur demande.

Il y a quelques années, Google avait fait l’objet d’une demande de ce genre, pour analyser les mots-clés tapés et plus si affinités, afin de détecter de potentiels terroristes. Officiellement Google avait refusé ce droit d’accès à leurs données.

Le gouvernement français s’est également doté de lois liberticides depuis les attentats du 11 septembre.

Reste les questions sur le ciblage comportemental des publicités sur Facebook et qui devrait dépasser le seul cas de Facebook. Google fait à peu près la même chose avec AdSense, Gmail, la ToolBar, MSN le pratique depuis des années, tout comme nous (agence et consultant) le faisons dans une autre mesure mais dans le respect de la CNIL et de la LCEN.

Il n’empêche que tout ceci pose plus de questions que n’apporte de réponses, comme le conclue la vidéo.

Faut-il pour autant diaboliser Facebook, y croire, ne plus y croire, très sincèrement ces débats éludent pour moi le plus important : la sensibilisation et l’éducation des utilisateurs (et certains consultants web) sur la manière et les outils pour gérer son e-dentité sur le web.

Pour vous faire votre idée sur le phénomène Facebook, voici une sélection des articles que je vous recommande :

Commentaires

    Laisser un commentaire

    XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

    En tête de liste sinon rien
    Take the lead!
    Référencement payant : visez la première page Google
    Comment être
    en 1ère page de Google en 2019 ?
    Le Livre Blanc
    des 20 ans de 1ère Position
    Quel budget
    pour une meilleure position sur Google ?
    Réponse rapide et prestation sur-mesure.

    Partagez vos objectifs
    de vente ou marketing
    avec nos consultants en référencement et stratégie digitale

    Être recontacté !

    Selon votre besoin, consultez directement notre équipe d’experts

    Vous souhaitez

    Connaître nos offresNous proposer vos services

    Vous êtes

    Une grande entrepriseUn grand compteUn artisanUne TPEUne PME

    Votre besoin

    Référencement Naturel SEORéférencement Payant SEAAuditRéseaux SociauxRédaction de contenuFormation

    Votre projet

    J’accepte les conditions | Lire

    Une agence certifiée

    Nous contacter