Le Knowledge Graph sur Google France : Enjeux et impacts de la recherche sémantique

  • 05 décembre 2012
  • François Besson

Nous l’attendions depuis plusieurs mois et cela a été officiellement annoncé le 4 décembre 2012 par Ben Gomes, responsable de la recherche et du développement de Google, lors de l’évènement LeWeb12 à Paris.

Désormais disponible en France donc, c’est de loin le changement visuel le plus impactant que nous ayons vu sur les pages de résultats ces dernières années avec l’arrivée de la recherche sémantique.

Et pour cause, le Knowledge Graph occupe toute la partie droite des résultats de Google et près de 40 % de l’espace !

Exemple lors d’une recherche sur le nom d’une personnalité : Michael Jackson.

michael-jackson-knowledge-graph-google

Exemple lors d’une recherche sémantique sur le nom d’un monument ou d’un lieu : La Dent du Chat.

dent-du-chat-savoie-recherche-google

À noter que lorsque l’internaute clique sur le résultat d’une recherche associée, Google fait directement une nouvelle recherche pour afficher ces recherches associées juste en dessous de la boite de recherche.

recherche-associee-google-graph

Exemple lors d’une recherche sur le nom d’un évènement : Grand Prix de Monaco.

grand-prix-monaco-google

Exemple lors d’une recherche sémantique sur un mot à plusieurs sens : baie.

resultat-baie

Dans cet exemple et pour le coup Wikipédia fait mieux en proposant la Baie (le fruit), la baie (informatique), la baie (architecture) alors que le Knowledge Graph ne trouve que le fruit et le nom d’une ville au Canada.

Bien que le mot « baie » ait 4 significations différentes dans la langue française : le fruit, la géographie, l’informatique, l’architecture, il reste encore quelques efforts à faire…

Autre exemple sur le mot « Abondance », Google ne trouve que la commune de Haute-Savoie, mais pas le fromage, ni le pape du SEO en France. 😉

abondance-google

Les 3 applications du Knowledge Graph

1 – Proposer des réponses et des résumés d’informations directement intégrés dans les pages de résultats sans avoir à visiter un site web et sortir du moteur de recherche.

2 – Permettre la recherche prédictive et sérendipité : c’est-à-dire, trouver quelque chose qu’on ne cherchait pas initialement et anticiper les prochaines recherches des internautes.

3 – Donner des informations sur le sens et les intentions de recherche qui se cachent derrière un mot-clé. Notamment dans le cas de mots à plusieurs sens.

Lancé le 16 mai 2012 aux Etats-Unis,  l’objectif du Knowledge Graph de Google est de comprendre les relations entre les choses, entre les objets, les personnes, des faits, des documents, etc., mais également d’anticiper sur les prochaines questions et recherches des internautes.

Via l’acquisition de Metaweb, Google dispose aujourd’hui de 570 millions d’objets et de 18 milliards de relations et connexions entre eux, versus 4 millions de pages Wikipédia…

 

Enjeux de la recherche sémantique Google

Cette grande place occupée est à l’image des enjeux et des ambitions de Google dans la recherche sémantique mais pas uniquement.

Il s’agit avant tout pour Google de réussir à conserver les internautes plus longtemps sur ses pages de résultats, afin de concurrencer Facebook et bien sur inciter les internautes à faire plus de recherches, découvrir plus de résultats, pour afficher plus de publicités Adwords.

 

Les enjeux pour Google

Garder plus longtemps les internautes sur son site comme sur Facebook.

Générer plus de revenus publicitaires via Google Adwords, via l’augmentation du nombre de recherches par utilisateurs.

Concurrencer Siri d’Apple et se renforcer sur la recherche mobile.

Pousser encore plus à utiliser son service Google+ (Search Plus Your World).

 

Les impacts pour les éditeurs de sites

Une opportunité pour mieux valoriser leurs présences via les «rich snippets».

Un risque de perte de trafic pour certains sites. Wikipédia, par exemple ?

Une opportunité de développer de nouveaux contenus «riches» et structurés.

 

Les impacts pour les internautes

Découvrir plus de contenus pertinents et d’informations rapidement.

Risque de manipulation de l’information selon Google et d’enfermement dans son réseau social (à lire «the filter bubble» d’Eli Pariser).

Et vous que pensez-vous de l’arrivée du Knowledge Graph en France ? Avez-vous des exemples amusants ou surprenants de résultats d’une recherche sémantique sur Google à partager ?

Si le sujet du référencement sémantique, c’est-à-dire l’application du web et de la recherche sémantique en SEO, vous intéresse, inscrivez-vous en avant-première à notre conférence SEOmantique du 22 janvier 2013 à Paris.